top of page
Foodora

Un coursier de Foodora est photographié alors qu'il récupère une commande à livrer dans un restaurant de Toronto, le jeudi 27 février 2020. (LA PRESSE CANADIENNE / Nathan Denette)

Les anciens employés de Foodora parviennent à un règlement de 3,46 millions de dollars avec la société mère de l'application

TORONTO – La société mère de Foodora Inc. a conclu un règlement de 3,46 millions de dollars avec ses anciens coursiers canadiens après avoir fermé son service de livraison dans le pays.

En vertu du règlement, Delivery Hero SE, basé à Berlin, et le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes mettront fin aux récents différends résultant de l'obtention du droit de se syndiquer par les coursiers en février et du dépôt de bilan de Foodora en avril et de la sortie du marché en mai.

Le syndicat a allégué dans une plainte pour pratiques de travail déloyales déposée en avril que Foodora s'était retirée du Canada parce que les coursiers et les chauffeurs de Toronto et de Mississauga, en Ontario, avaient obtenu le droit de se syndiquer et d'être considérés comme des entrepreneurs dépendants par la Commission des relations de travail de l'Ontario.

Ils ont dit qu'il était suspect que l'entreprise ait cité des problèmes de rentabilité comme raison de son départ du Canada, mais que Delivery Hero venait d'annoncer que ses revenus du premier trimestre de 2020 avaient presque doublé par rapport à l'année précédente et que la demande de livraison de nourriture augmentait pendant la pandémie.

Le syndicat s'est plaint que les coursiers perdaient leur emploi au moment même où COVID-19 se propageait et que beaucoup n'avaient pas d'autre emploi ni accès aux fonds gouvernementaux.

La présidente du syndicat, Jan Simpson, a déclaré dans un communiqué que le règlement montre ce qui se passe lorsque les travailleurs continuent de se battre et qu'elle est ravie que le stress financier des anciens travailleurs de Foodora ait été atténué.

Le directeur général de Foodora Canada, David Albert, a déclaré dans un communiqué qu'il était également heureux d'avoir conclu un règlement, car cela minimisera l'impact de la sortie du marché et atténuera certaines des difficultés créées par la pandémie.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 25 août 2020.

bottom of page