top of page
Restaurants_contactinfopic

À compter de vendredi prochain, les Ontariens devront donner leur nom et leurs coordonnées chaque fois qu'ils dînent dans un restaurant ou un bar. (Stu Mills/CBC)

Une nouvelle loi ontarienne exigeant des informations personnelles pour les repas suscite des inquiétudes en matière de confidentialité

Les restaurants doivent prendre les noms et les coordonnées des convives pour améliorer la recherche des contacts

Les clients de l'Ontario qui cherchent à dîner dans des restaurants, des bars et même des excursions en bateau devront bientôt fournir leurs noms et leurs coordonnées en vertu d'une nouvelle loi visant à améliorer la recherche des contacts COVID-19, soulevant certaines inquiétudes avec un spécialiste de la confidentialité.

Le règlement entre en vigueur vendredi prochain et exige que tout le monde reste assis à moins qu'il ne vienne chercher de la nourriture ou ne se rende aux toilettes. Leurs noms et coordonnées devront également être conservés au dossier pendant 30 jours.

"Il semble que chaque semaine, nous recevions une toute nouvelle liste de protocoles qui sont mis en place. Certains d'entre eux sont raisonnables, d'autres pas si raisonnables, mais nous avons pu négocier des justes moyens pour la plupart de ces protocoles", a déclaré Bob Firestone, propriétaire du Blue Cactus Bar & Grill dans le marché By.

Les affaires reprennent dans son restaurant, avec une terrasse bondée – mais physiquement éloignée – presque tous les soirs. 

Il prévoit de respecter les règles, probablement en écrivant les noms et les coordonnées des personnes lorsqu'elles sont assises, puis en transférant ces informations dans une base de données informatique le lendemain.

Bob Firestone, propriétaire du restaurant et bar Blue Cactus, dit qu'il prévoit de se conformer aux nouveaux règlements de la province, mais cela signifiera plus de travail pour son personnel. (Stu Mills/CBC)

Fini l'anonymat, dit un expert

Cela inquiète Teresa Scassa, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le droit et la politique de l'information à l'Université d'Ottawa.

Elle comprend pourquoi le gouvernement introduit la réglementation, après  une légère augmentation des cas liés principalement aux bars , mais croit que cela signifie la fin des repas anonymes_cc781905-5cde-3194-bb3b -136bad5cf58d_— du moins pour le moment.

"Je pense que pour beaucoup de gens, cela a des implications à la fois pour leur vie privée et peut-être aussi pour leur liberté d'association", a-t-elle déclaré.

Mais elle souligne également que c'est un équilibre.

"Ce sont nos droits fondamentaux qui sont importants pour nous, mais nos droits en vertu de la [Charte canadienne des droits et libertés] sont toujours mis en balance avec d'autres intérêts publics concurrents, et dans ce cas, l'intérêt public concurrent contrôle la propagation de COVID- 19."

Les lois sur la confidentialité dictent comment collecter, destroy data

Elle a déclaré que ces entreprises doivent respecter non seulement les nouvelles règles, mais aussi les lois existantes sur la confidentialité.

Cela signifie qu'il faut s'assurer que les employés sont formés sur la façon de collecter les informations des personnes et de les éliminer correctement après la fin du mois.

"Vous ne pouvez pas simplement griffonner les noms et laisser la feuille de papier devant l'entrée. Vous devez stocker les informations en toute sécurité", a-t-elle déclaré. "Vous ne jetez pas les listes à la poubelle. S'il s'agit de listes manuscrites, vous les déchiquetez, ou si elles se trouvent sur un ordinateur, vous vous assurez que le fichier est correctement supprimé."

À compter de vendredi prochain, les Ontariens devront donner leur nom et leurs coordonnées chaque fois qu'ils dînent dans un restaurant ou un bar. (Stu Mills/CBC)

Il y a aussi ce qu'elle appelle « le facteur humain », c'est-à-dire s'assurer que les employés ou qui que ce soit d'autre n'utilisent pas les informations à mauvais escient à leurs propres fins.

À partir de vendredi, les gens pouvaient également télécharger une nouvelle application  COVID Alert  qui permet aux utilisateurs de savoir s'ils ont été à proximité d'une personne infectée par le roman. coronavirus.

Scassa souligne que l'application et la collecte des informations personnelles des personnes sont des mesures qui se chevauchent. If one fails  — comme si quelqu'un n'apporte pas son téléphone avec lui au bar ou ne l'a pas allumé  – l'autre devrait aider les responsables de la santé à entrer en contact avec ces personnes.

Pour Firestone, il espère que le temps reste clément, que les affaires continuent de reprendre et que les gens restent vigilants.

"Tout le monde doit travailler collectivement pour suivre les règles afin que nous puissions tous venir travailler quotidiennement et ne pas nous sentir nerveux à l'idée que nous allons être fermés."

bottom of page